LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

Cérémonie de dédicace du livre "Politisez-vous": Un appel à ‘’l’insurrection des consciences’’

Par Enquête Plus - 28/08/2017

De jeunes intellectuels, meurtris par les maux qui assaillent la société, décident de prendre leur plume pour écrire un manifeste politique

 

C’est une démarche originale, rare au Sénégal. De jeunes intellectuels, meurtris par les maux qui assaillent la société, décident de prendre leur plume pour écrire un manifeste politique. Au nombre de 10, ils appellent la jeunesse à s’engager en politique, pour sauver le pays d’un naufrage collectif. La cérémonie de dédicace du livre s’est tenue ce jeudi à L’Harmattan.

‘’Politisez-vous !’’ Telle est la recommandation de Hamidou Anne et Cie, consignée dans un ouvrage collectif publié aux éditions United. Présenté jeudi dernier dans les locaux de L’Harmattan Sénégal, cette publication est une véritable apologie de la politique lancée à l’endroit de la jeunesse africaine en général, et sénégalaise en particulier. ‘’C’est un leurre, disent les auteurs à la page 18, d’imaginer un avenir nouveau pour notre pays sans la politisation de sa jeunesse. Ceux qui se détournent de l’action politique sont soit dans une méconnaissance coupable, soit s’érigent consciemment ou pas en complices d’un système dont la matrice est la rupture du contrat social qui le lie à son peuple’’.

Ainsi, dans un contexte marqué par un désamour de plus en plus clamé envers la chose politique, ces jeunes auteurs, tous des Sénégalais, s’arment de leur plume pour inciter à la politisation. Car, affirment-ils avec conviction : ‘’Ne pas être politisé, c’est placer une somme de destins entre les mains d’un homme et ne pas se soucier de ce qu’il en fait. Derrière le mépris à l’égard de la chose politique, se cache une indifférence à l’échelle individuelle qui, adoptée par un grand nombre de citoyens, devient une paralysie collective.’’

Considérant que les politiciens ont failli à leur mission, les amis de Hamidou Anne invitent les jeunes à prendre leur destin en main, afin d’éviter le naufrage collectif. Ils estiment qu’au Sénégal, plus ça change, plus ça se ressemble. ‘’Au fil des scrutins, les citoyens votent, mais n’entrevoient aucun changement qualitatif de leurs conditions de vie. La classe politique, interchangeable, se succède, mais ne transforme guère la société à l’aune des véritables attentes du citoyen’’, écrivent-ils.

A les en croire, la résignation n’a jamais été une solution. Une attitude responsable consisterait à prendre le taureau par les cornes et à renverser la tendance. Ce qui ne se fera pas par le verbe, mais par l’action. ‘’Il n’y a pas de fatalité, disent-ils. Ce qu’il faut, c’est un changement de paradigme’’. C'est-à-dire : ne plus se limiter à la dénonciation. Car, pensent-ils savoir, ‘’le rejet de la classe politique n’est pas un projet de société. L’indifférence et le découragement sont les deux faces de la même médaille du renoncement. L’indignation est un moteur de citoyenneté affirmée. Et pour être fertile, elle doit être le début d’un engagement dans la formulation d’une vision du monde qui va à rebours de l’offre politique actuelle. Rentrer en politique est un impératif catégorique’’.

 


© Droits reservés

‘’Ils sont tous pareils’’
Hamidou Anne, Youssou Owens Ndiaye, Racine Assane Demba, Fary Ndaw et les autres assimilent les groupes politiques traditionnels à une sainte alliance : ‘’Ils sont tous pareils.’’ Selon eux, ces derniers s’accaparent le bien public au détriment du plus grand nombre. Leur gouvernance rime avec ‘’corruption, transhumance, népotisme, régression sociale…’’ Pendant ce temps, les Sénégalais, désespérés, regardent faire. Résignés, ils restent dans leurs coins en se lamentant, s’apitoyant sur leur sort. Voulant mettre fin à ce fatalisme, les ‘’activistes’’ prônent ‘’un sursaut d’orgueil’’ pour bâtir ensemble un ‘’avenir radieux’’.

Dans leur manifeste, les jeunes auteurs défendent, en effet, qu’il est possible de vaincre le mal politique à travers le ‘’courage, l’engagement et le dévouement de la jeunesse pour l’intérêt général. La rupture de confiance entre la classe politique et les citoyens résulte d’un système essoufflé, incapable d’enrayer les inégalités sociales et de répondre aux préoccupations de sa jeunesse. Les citoyens se sont détournés de la classe politique qu’ils jugent corrompue et immorale’’.

L’heure est venue de sonner le glas de ces politiques et de dire stop à leurs dérives permanentes. Ils affirment : ‘’Il est urgent de promouvoir des personnes aptes à gouverner autrement. Nous devons arriver à une hybridation des préoccupations individuelles vers un mouvement commun qui est la nécessaire politisation de la jeunesse. Par cette voie, nous proposons une révolution transformatrice de l’action publique à même de faire advenir nos utopies collectives au service du progrès social et de la dignité humaine.’’ Telle est leur ambition. Le peuple jugera.

 
MOTS CLES :  Sénégal 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Le Festival cinémas d'Afrique à Lausanne en Suisse
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDuSenegal.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués